En Vrac & sans Trac

textes & photos : ©RichardB

Le temps qui passe

Huit ans, 20h30, bonsoir pa, bonsoir man
Draps blancs sous menton, v’la les nuages.
Je vole, en enfer, croix de bois, si je mens
Voyage sur doux oreiller sans atterrissage.

Quinze ans, 20h30, soir papa, soir maman
Draps blancs, larme à joue, joue dans l’âme.
Je vole, quête d’amours et serments
Héros de séries futur sans drame.

Trente ans, 20h30, bonsoir madame
Draps sexe, sexe à calin, satin délire.
Je vole, de promesses et fantasmes
Rêves de gloire à venir, à venir… avenir.

Cinquante, après le film, bonsoir les enfants
Couette fleurie, sereine lassitude
Je vole, sur sauts d’espoir, trop lents
Sous la crête des ans, basse altitude.

Plus tard, tard dans la nuit, tard dans le temps :
Bof ! quelles âneries peut-on écrire quand on est jeune !

Après. Bonsoir le Monde.
Je vole.

2006 - Posted by | Mes poèmes

Aucun commentaire pour l’instant.

Postez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s