En Vrac & sans Trac

textes & photos : ©RichardB

L’An Mil

Des brumes du néant est sortie la bête.
Dans ce pays où régnait la paix,
L’orage des tourments s’abat sur la fête,
Plante son étendard et sort son épée.

A Jean le paysan, la bête apparut
Une nuit agitée de rêves glorieux
Tuant d’un éclair son amour éperdu
Blanche silhouette aux longs cheveux.

A Claire du castel, la bête est née
Au sommet de la tour, aveuglant rayon
Du défilé des armes qui mène Jean l’aimé
A la guerre des seigneurs, destin des souillons.

Des brumes de l’esprit, est sortie la bête.
Dans ces cœurs où régnait l’harmonie
La tempête de la haine poursuit sa quête
Et hante le sommeil des âmes démunies.

A l’abbé du village, la bête ressuscite
Dans le clocher de l’église chancelante
Pauvre ruine née de l’amour d’un rite
Façade mystique d’une cour dominante.

A Eudes le pieux, la bête grandit
Par l’abandon de la chapelle sanctifiée
Qui fuit devant le feu de la maladie
Et le règne de la peste édifié.

Au seigneur Yvon, la bête surgit
Par le glaive de la révolte des serfs
Pions de l’échiquier qu’il régit
Dans le sang, le feu, la misère.

Des brumes du temps est sortie la bête.
Au carrefour des Ans Mil, hésitant,
L’ouragan des changements s’arrête
Et scelle la pierre d’un monde agonisant.

RichardB

2006 - Posted by | Mes poèmes

Un commentaire »

  1. Mais la bête ne meure..
    Ou bien revenir au Coeur.

    J'aime

    Commentaire par Cristal | 2006


Postez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s