En Vrac & sans Trac

textes & photos : ©RichardB

Existences d’artistes : Madame d’Aulnoy

Les « Existences d’artistes » de G Lenôtre
(présentation du livre iCi)

****************************

oiseau-bleu.jpg« Oiseau Bleu, couleur du temps,
Vole à moi promptement.
« 

Madame d’Aulnoy, la conteuse de lOiseau bleu. Imaginez-la. Douce femme au regard tendre, au coin d’une cheminée avec quelques enfants qu’elle enchante de ses contes… « en leur distribuant des oublies et des gimblettes.«  Vous avez tout faux ! envoyez les enfants au lit, ce qui suit n’est pas pour eux. Remplacez les princes charmants par des amants, les siens et ceux de sa mère ; oubliez la douceur et entendez les gras complots des deux commères.

A seize ans elle se maria, avec le baron d’Aulnoy-en-Brie dont je ne peux résister au plaisir de vous faire « écouter » le portrait de G Lenôtre : «  il avait trois fois l’âge de son épousée ; fort bel homme, droit de taille et solide de tout le corps, il avait une manière de sourcils relevés, le poil ferme et dru et des moustaches piquantes ; de plus ses moeurs étaient celles d’un lansquenet, grand buveur et chaud de la langue, ferrailleur, taquin, fripon, sentant le bouc et le tabac, et jurant à lui tout seul comme tous les templiers épars sur la surface du monde chrétien. » On croirait le voir apparaître, non ?

mmeaulnoy.gifAprès deux enfants, lassée du charmant baron, Marie-Catherine, et sa mère, et leurs amants décidèrent de dénoncer le mari comme traitre au roi. Emprisonné, relâché, D’Aulnoy ne revit pas son épouse qui s’enfuit pour échapper au sort de ses compères de cabale (la tête tranchée). Madame d’Aulnoy échappa à la maréchaussée qui, « la trouvant dans son lit, baillant et fort insouciante, lui accorda la permission d’aller passer une chemise, attendu qu’elle n’en avait pas, ainsi que que chacun pouvait s’en assurer. » Elle s’échappa par une porte dérobée.
Plus tard, en exil en Espagne, elle devint auteure de contes célèbres et fut pardonnée par le Roi.

Elle devint amie avec Madame Ticquet, « dont le mari, conseiller au parlement, fut trouvé un matin percé de coups, sous le porche de sa maison. « . Tiens! une émule. Madame d’Aulnoy ne se remit jamais de sa peur d’être à nouveau poursuivie (à tort cette fois) ; « la vue des officiers du guet, moustachus, fort rodomonts l’épée au clair et des torches à la main, se présentant de par le Roy, avait mis la conteuse en grand émoi« .

Son amie fut décapitée. Madame d’Aulnoy en trembla jusqu’à sa mort. Pourtant, dans son conte l’Oiseau bleu, c’est elle qui écrit :aulnoy.JPG
« Il faut laisser faire le temps ;
Chaque chose a son point de vue ;
Et quand l’heure n’est pas venue,
On se tourmente vainement.
« 

Ce qu’en pense notre académicien, G Lenôtre : « et elle comprenait que son bel Oiseau bleu avait une tache de sang à ses ailes couleur de temps. »

©RichardB

2006 - Posted by | LivresLus

2 commentaires »

  1. A voté : 3 cases cochées. Bonne idée !

    J'aime

    Commentaire par Olivier SC | 2006

  2. félicitations de « retrouver » théodore gosselin lenotre.
    je lis toujours avec délice et collectionne ses oeuvres.
    indispensables pour faire la psychanalyse de la france actuelle.
    voila 70 ans qu’il est mort, son oeuvre est donc publique.
    pas un mot sur lui de toute l’année dans le monde des livres.
    encore et merci.

    ———————–

    de RichardB : merci à vous de lire mon blog (un peu de retard à vous répondre car vous étiez passé par la case… spams.

    Une mésaventure que ne connaissait pas Lenotre😉

    J'aime

    Commentaire par denis | 2006


Postez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s