En Vrac & sans Trac

textes & photos : ©RichardB

Existences d’artistes : squats au Louvre

Les « Existences d’artistes » recueil de G Lenôtre

Dans cet article nous nous rendons dans un des temples de l’art pour y rencontrer de « drôles d’habitants »

Le Louvre, au début du XVIIe siècle, était un « monde à l’état de chaos ». de Philippe-Auguste à François 1er et Henri II, l’écrin de la monarchie n’en finissait pas de démarrer des chantiers. « Henri IV se demanda à quoi allait servir cette galerie du Louvre rêvée par ses prédécesseurs… un corridor long de quinze cents pieds qui ne conduisait nulle part…«  La Grande galerie (460 m côté Seine) était censée relier le Louvre et le château des Tuileries. Lenôtre dit : c’était un magnifique décor pour le bord de l’eau ». Inachevé : « Du provisoire qui durera jusqu’à Napoléon III.« 

Et nos artistes entrent en scène. Pour les remercier et afin « qu’ils y logeassent et fussent désormais délivrés de l’angoisse du terme à payer« , le bon Henri leur attribua le sous-sol, le rez-de-chaussée, l’entresol et le premier étage. Et l’on voit donc une situation très particulière, impensable de nos jours, où le souverain loge aux étages supérieurs d’un palais occupé dans ces sous-sols par des artistes et leurs familles. Le tout dans une correction de bon voisinage. Des gens sérieux, ces artistes (l’architecte Levau, l’ébéniste Boulle, le gazetier Théophraste Renaudot.

Mais quand la cour s’en fut… ce fut autrement. « Quantité de gens sous prétexte qu’ils maniaient le pinceau ou l’ébouchoir se faufilèrent dans l’immense bâtisse et s’y octroyèrent un logement. » Et puis on maçonnait, on creusait, on cloisonnait, on entresolait… des murs se montèrent, des balcons apparurent, « le peintre Watelet, poussant plus loin le sans-gêne, transporta de la terre et des arbres afin d’y créer un jardin suspendu. »

« Partout émergèrent des tuyaux de poêle, des conduits de latrines, des gaines de briques pour les fourneaux de cuisine. Partout des poulaillers, des écuries, des lavoirs, des linges qui sèchent. Le Louvre est un caravansérail « . « Quel joyeux phalanstère et quelle bonne camaraderie ! » Un sympathique foutoir, dirait-on de nos jours.

« Fragonard est le réveille-matin de la ruche. Rond, replet, fringant, toujours alerte, toujours gai, il trotte de porte en porte, muse des heures entières, boudiné dans une vieille houppelande grise, sans agrafes, ni pattes, ni bouton serrée à la taille par n’importe quoi : un bout de ficelle, un chiffon. «  Ici sont passés les sculpteurs Pigalle et Mouchy, et Sylvestre, maître à dessiner des enfants de France, le peintre Regnault, le pastelliste la Tour, le sculpteur Pajou, Mme Coster-Vallayer, membre de l’Académie royale, Joseph Vernetet c’est là que naîtra Horace Vernet ; et puis les Lagrenée, Greuze et Gounot vieil homme de quatre-vingt-dix ans qui eut pour fils le peintre François-Louis et pour petit-fils Charles Gounot.

Le Louvre se dégrade. Le temps passe, le local concédé à vie, personne ne déloge les artistes. « les artistes continuent d’habiter le palais des ci-devant rois, en vertu d’un bail passé avec …Henri IV« .

Personne ? Si. « La France s’est donnée à un petit Corse, qui, en cinq ans, a conquis plus de pouvoirs que n’en eut jamais Louis XIV. Il ferma quelque temps les yeux et entreprit de restaurer et de remplir de merveilles la Grande galerie. Mais un jour, avisant les tuyaux de poêle sortant des fenêtres, les femmes cuisinant ou chauffant la lessive à tous les étages : « Ces bougres-là finiront par brûler mes conquêtes !« . On peut imaginer ses craintes. Le lendemain, l’ordre d’expulsion fut donné.

Voilà, dans cette galerie basse logea, « durant plus d’un siècle, le plus glorieuse légion d’artistes dont notre pays s’enorgueillit. »

Ces « bougres-là » qui… peuplent nos musées ! dont le Louvre

©RichardB

2006 - Posted by | LivresLus

Un commentaire »

  1. Il y a donc une morale dans l’histoire, …..les rois ne sont plus, mais les artistes restent éternels grâce à leur géni créatif🙂

    —————————————–

    de RichardB : sauf que c’est toujours les « rois » qui font et défont les génies de l’art. Louis XIV et Napoléon en sont des exemples, permettant le développement de l’art – sous contrôle😉 – ou créant les structures qui permettent aux oeuvres de passer le temps jusqu’à nous.

    Artistes et gouvernants sont indissociables, se servant souvent les uns des autres pour des motivations secondaires.

    J'aime

    Commentaire par myblogforyou | 2006


Postez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s