En Vrac & sans Trac

textes & photos : ©RichardB

Sur commande, monsieur !

Me rendant dans la plus grande librairie de ma ville (remarquez d’ailleurs qu’il n’existe pratiquement plus que de grandes librairies), celle qui s’enorgueillissait d’agiter le monde de la culture, j’ai eu une plus qu’impression désagréable, celle d’avoir déjà vu la vendeuse de livres derrière un comptoir suédois de choses que tout le monde a chez lui. Cette impression fut confirmée quand je lui exposais le motif de ma venue : la quête de livres.

Bioy Casares , s’il-vous-plaît
– C’est le titre ?
– Euh ! non, c’est l’auteur, le titre c’est Nouvelles démesurées
– Et son prénom, c’est bio ou cassarèce ?
– Les deux sont le nom
– Un instant, je vous prie.
Ils sont polis chez Ik.. dans cette librairie. Enter, ça cherche, ah ! oui, ça y est :
– Sur commande, monsieur !
– Bien, et Le mal de pierre de Milena Agus ?
Enter, ça cherche, ah ! oui, ça y est :
– Sur commande, monsieur !
– Merci, mademoiselle, une dernière sollicitation de ma part, avez-vous la suite du Pingouin, Les pingouins n’ont jamais froids ?
Voyant qu’elle pensait que je me moquais d’elle et de son foulard, je rajoutais prestement : c’est un roman de Kourkov, Andreï.

Enter, ça cherche, ah ! oui, ça y est :

– Sur commande, monsieur !

Les présentateurs du livre de nos anciennes petites librairies du siècle dernier (et oui le temps passe), vous savez ceux qu’on a remplacé par ces lecteurs optiques calés sur les Da Vinci code-barre et disposés derrière les barrières à cellule photo-éclectiques qui dénoncent les non-achats de futurs best-sellers (le teasing, un paradoxe qui remet en cause le principe même de la poule et de l’oeuf, sachant qu’avant leur arrivée en stock ils sont déjà désignés comme les meilleurs et les plus lus de l’année), les serviteurs de petites librairies de cette époque révolue, disais-je, se seraient précipités au rayon Am/Sud pour le premier, nouveautés pour la seconde et Russe pour le troisième de mes souhaits.

Mais voilà, les rayons littératures s’amenuisent sans cesse, comme les connaissances culturelles de nos libraires, et les réponses d’automates des caisses enregistreuses avec foulard quant à nos désirs littéraires insatisfaits égrènent imperturbablement les Enter, ça cherche, ah ! oui, ça y est. Sur commande, monsieur !

Alors, pourquoi se déplacer, pourquoi discuter avec quelqu’un qui ne connaît les auteurs et les livres ni Dave ni Dadan, ni de pré ni de foin, pourquoi risquer une facture du col du porte feuilles en se heurtant dans les colonnes de Bienveillantes ou se perdre dans le labyrinthe des pseudos livres avec couverture qui expliquent aux imbéciles que nous sommes pourquoi le Da Vinci Code n’est pas de la littérature ou au contraire que c’est un chef-d’oeuvre historique. Sans compter sur l’irrésistible neurasthénie qui vous guette derrière les piles colorées de mieux vivre, mieux être plus encore heureux, encore mieux avec mon psy à moi, Gloire Amour et Beauté en 9,8 leçons, enfin tout ce que possèdent les lecteurs adorateurs de ces amas de mots que vous, acheteur de livres avec des phrases, vous n’avez pas.

Non, je vais rester chez moi, allumer mon ordinateur et demander aux copains blogueurs (iCi par exemple) ce qu’ils en pensent avant de… commander.

Enter, ça cherche, ah ! oui, ça y est. Librairie de Livres.com bonjour. Tapez 1 pour Am/Sud, 2 pour Nouveautés, 3 pour littérature russe. Validez !

RichardB

à lire aussi :

La vente de livres en ligne a explosé en 2006 LE MONDE DES LIVRES | 18.01.07

© Le Monde.fr

2007 - Posted by | Oh ! moi, ce que j'en dis....

14 commentaires »

  1. BillBRYSON BillBRYSON BillBRYSON!!!!!!!!!! tu vas lire Bill Bryson ou je me fâche comme une tomate toute rouge???????!!!!!!!!

    ——————————–

    de RichardB : Bill BrysonEnter, ça cherche, ah ! oui, ça y est :

    Sur commande, mademoiselle !

    J'aime

    Commentaire par melle Bille | 2007

  2. L’avantage pour la vendeuse, c’est qu’elle peut changer de boulot plus vite que Flash Gordon.
    -Un kilo de groseilles, siouplait.
    -C’est l’auteur ?….euh, je veux dire…Sur commande, Madame !

    ——————–

    de RichardB : ou bien :  – 1 mètre de ruban, svp ! – c’est l’hauteur😉

    Bienvenue.

    J'aime

    Commentaire par Posuto | 2007

  3. Ah bon, il y a des vendeurs dans les Fn… agitateurs du bocal ? Ca doit être parce que je les évite soigneusement😉 Je me reconnais tout à fait dans ce texte (même si j’ai quand même acheté et lu (!) les Bienveilantes) et je suis content de n’être pas le seul à regretter la disparition progressive mais inéluctable des vraies librairies, celles où le libraire vous apprenait quelque chose, contrairement à ces grandes surfaces de culture en gros, où c’est le client qui informe le vendeur…

    A bientôt, je repasserai te lire😉

    ———————————

    de RichardB : bienvenue ! beaucoup d’humour sur ton blog, je le visiterai régulièrement.

    Pour les Bienveillantes, pas d’ambiguité sur la qualité, je ne l’ai pas lu ; c’est surtout le poids et la hauteur des colonnes qui m’ont indisposé😉

    J'aime

    Commentaire par Sammy | 2007

  4. Aix est une ville où les librairies restent des lieux habités. Au quotidien, on se retrouve et se donne rendez-vous à Vents du Sud, Goulard, Université ou Provence. Les libraires vieillissent avec nous, on les connaît mieux que nos voisins.

    ——————————————————————————-
    de RichardB : c’est vrai, certaines villes font de la résistance, dont Aix en effet, à la réputation culturelle (et jeune) reconnue.
    Mais, dans les grandes surfaces (FNAC, VIRGIN, LECLERC ou autres, la tendance est néanmoins au livre savonnette gérée en flux tendu et avec pour toute connaissance du « produit » la fiche com de l’éditeur. La « qualité » d’un livre est vendue avec le livre, et vite avant qu’on ne s’aperçoive qu’elle est surfaite.

    J'aime

    Commentaire par Dehorsdedans | 2007

  5. OK. FNAC, VIRGIN… ont des têtes de gondole colorées et cupides, pleines de vide.

    J'aime

    Commentaire par Dehorsdedans | 2007

  6. Dans ma ville il reste un résistant, un vrai libraire , qui sait choisir, parler d’un livre , le parquet grince, l’échelle devant les rayonnages, toute l’odeur de l’enfance…
    en face se trouve la Fnac et à côté vient de s’ouvrir une grande surface du livre…
    j’espère qu’il tiendra bon !

    Félicitations pour l’anniversaire de ton blog

    —————————–

    de RichardB : merci beaucoup pour mon UN an. Quant à ton libraire, souhaitons lui de tenir, mais charges fiscales et pressions de maisons d’édition/distribution risquent de lui mener la vie dure. Aux fidèles lecteurs de l’aider en résistant aux sirènes pécuniaires des FNIC et VIRGAN😉

    J'aime

    Commentaire par double je | 2007

  7. On en a deux remarquables à Meaux. J’estime que sans BTS librairie obtenu par études adéquates ou validation des acquis professionnels, on ne devrait pas avoir le droit de s’appeler « libraire » mais « dépôt de livres »

    Un peu comme « boulangerie », « dépôt de pain ». Raffarin (ministre du commerce et de l’artisanat) a fait protéger boulangerie, mais cet inkhult ne pouvait pas penser au commerce de livres…

    ————————–

    de RichardB : Et comme dans les dépôts de pain on rajoute des exhausteurs de goût (glutamate), on peut se demander si la même manoeuvre ne prévaut pas pour mieux nous vendre les livres ? un peu de sang, un peu de sexe, un peu de religion, un peu de politique ! on mélange et on rajoute surtout  beaucoup de com😉

    Je suis rassuré pas les commentaires : il existe encore de bonnes librairies en France ! Alors, je rajoute la mienne à Toulon : la librairie Charlemagne qui possède encore quelques connaisseurs de littérature.

    J'aime

    Commentaire par les Réactionnels de Gauche | 2007

  8. J’ai adoré le Pinguin de Kourkov! Je ne savais pas que la suite était sortie! Merci! Je repense souvent à ce livre sans savoir vraiment pourquoi en fait… Il est très bien écrit et cela est joue déjà beaucoup! Après il est touchant, amusant… Mais il y a autre chose… Ah, à Bordeaux, une librairie que j’adore, c’est Mollat! Et puis une à Paris, aux Abesses aussi! Le plaisir d’avoir de vrais libraires qui conseillent intelligemment! Toujours un pur bonheur!

    ———————————

    de RichardB : merci et bienvenue. Je vais pouvoir dresser une liste des librairies, les vraies😉

    Quant à Kourkov, la suite est aussi intéressante ; toujours cette écritue fluide et cette ambiance bizarre ; j’en ferai certainement un billet.

    J'aime

    Commentaire par So-Ann | 2007

  9. Je suis impatiente alors! Je suis contente d’avoir découvert votre blog ce soir! A bientôt!

    J'aime

    Commentaire par So-Ann | 2007

  10. Bienvenu dans l’ère industrielle… que les bestsellers en qunatité phénoménale… plus d’imagination, il faut lire ce que tout le monde a lu! Je dois commander la moitié des livres choisis et dans mon coin de pays les petites librairies avec service personnalisé n’existent plus!

    J'aime

    Commentaire par Jules | 2007

  11. Personnellement, je vis loin d’un grand centre. Quand il m’arrive d’aller à la ville la plus proche je suis toujours désespérée de constater que la librairie grande surface n’a JAMAIS ce que je cherche! Pas d’auteurs classiques, pas de littérature Russe ou scandinave… Que les gros best-sellers… C’est toujours « sur commande »…

    Je trouve plus de choses à ma toute minuscule bouquinerie d’occasion, dont la propriétaire sélectionne avec précaution ce qui y entre (et donc je repars toujours avec un bon livre, souvent plusieurs).

    Alors maintenant, pour acheter neuf, je commande via Internet. C’est livré à ma porte. Je trouve toujours ce que je cherche et quand je ne trouve pas, on me réponds toujours promptement.

    Je comprends bien que les ventes via le web augmentent… Les librairies engagent des vendeurs plutôt que des gens qui connaissent le livre… quel dommage!

    J'aime

    Commentaire par Allie | 2007

  12. A leur défense, il y a tellement de livre qui sortent chaque jour qu’ils ne peuvent pas tout connaître…

    Des fois, je me demande s’il y a vraiment des lecteurs pour tous ces livres.

    Tizel

    ————————–

    de RichardB : la deuxième phrase pourrait faire l’objet d’un article😉 Qui, par exemple a vraiment lu en entier et attentivement « Les bienveillantes » (et je ne porte aucun jugement sur ce livre). Les chiffres des « ventes » correspond-il vraiment aux chiffres des… lecteurs ?

    J'aime

    Commentaire par Tizel | 2007

  13. Moi qui ai été libraire »dans une vraie librairie » (indépendante) pendant 20 ans ne vais pas défendre les grandes surfaces desquelles sortaient déconfits des gens qui m’arrivaient en me demandant si nous n’aurions pas « Madame Bovary » et d’ajouter « de Flaubert » parce que là-bas ça ne leur disait rien…

    Par contre, avec le nombre de livres qui paraissent en une seule semaine, je puis comprendre que les libraires ne soient pas en mesure de tout tenir et pour deux bonnes raisons: inventaire trop lourd financièrement et manque d’espace. Mais là où je m’insurge, c’est du manque de culture littéraire de ceux qui se disent libraires et qui ne sont rien d’autre que des vendeurs de livres.

    Personne ne verrait d’inconvénient (du moins je n’en ai pas vu souvent du temps de mon ancienne vie) quand je proposais de commander le titre demandé… mais bon, je savais quand même de quoi il s’agissait!

    Pour savoir à quelle sorte de libraire on a affaire, voici une petite suggestion : demandez-lui ce qu’il lit. Ça marche à tous les coups.

    ——————————–

    de RichardB : tout à fait ça, chère Lali ; mais à la dernière question, la réponse est souvent – trop souvent : Da Vinci Code ! Oui, je sais, je fais une fixation sur ce livre et son auteur qui ne mérite pas tant de critiques, mais il représente pour moi cette société de consommation décervelante qui nous entraîne à confondre livres et savonnettes, profondeur du sujet et hauteur de la pile de bouquins.

    A bientôt avec vos lectrices.

    J'aime

    Commentaire par Lali | 2007

  14. bonsoir,

    j’ai decouvert tout a fait par hasard votre blog… en fait je cherchai des gens qui avaient lu le livre de jack london… le bureau des assassinats… et je me suis prise de curiosité… je suis libraire et vraiment la profession a encore ses irreductibles passionnes… fort heureusement… et tout comme vous ca me revolte de voir que des gens qui manient la culture en aient si peu…
    ce qui fait la richesse de ce metier c’est justement de pouvoir etre au fait des choses et de discuter de tout… et de partager des gouts de lecture et de decouvrir de nouvelles choses…
    peut etre que vous trouverez mon attitude un peu ridicule dans le sens ou je parle de quelque chose qui s’est dit il ya deux mois… mais je pense que serait un reel plaisir de decouvrir un nouveau client… lol
    ca m’interesse toujours de savoir ce que les gens aiment lire ca me permet aussi de decouvrir de nouvelles choses … la vie ne se resume t’elle a ca decouvrir de nouvelles choses…
    voila… ben a vous de voir…
    amicalement
    cecile

    de RichardB : bienvenue sur ce blog, Cécile. Et pas de regrets sur l’antériorité de l’article par rapport à votre commentaire, cela prouve qu’un blog n’est pas lu que lors de la parution de ses derniers billets (comme un quotidien) mais bien feuilleté… comme un livre. Merci

    J'aime

    Commentaire par RichardB | 2007


Postez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s