En Vrac & sans Trac

textes & photos : ©RichardB

Jour de cuite

Court et noir polar

Ne comptez pas sur moi pour vous narrer les détails de cette histoire, chaque fois que je buvais, c’était le trou noir. Mes jours de cuite commençaient toujours dans une réconfortante salle de bar, n’importe laquelle, pourvu que la provision de Gin y soit suffisante. Mes jours de cuite s’achevaient toujours par l’arrivée d’Eve, mon épouse, qui rappliquait au commissariat pour récupérer son épave de mari.
Eve, la grande fête des flics de service, fantasme de leur garde de nuit. Ah ! les yeux d’Eve, un vert de mer à surfer ! Ah ! les lèvres d’Eve, de la confiture de fraise ! Ah ! les fesses d’Eve… ça, c’est quand elle repartait, à mon bras. Non, moi à son bras, pauvre Adam encore dans les pommes. Et pas un galon qui ne bougeait pour aider la pauvre enfant. Service, service ! La galanterie, ils s’en tapaient. Quant à la vision callipyge que leur offrait ma chère épouse, elle les figeait dans un garde-à-vous inhabituel qui aurait surpris leur supérieur… et leur épouse.

Mais ce jour de cuite là ne s’est pas achevé ainsi, bol de café salé et sieste forcée. Ce jour, dans la villa au fond du parc, dans le petit nid d’amour où, jeunes mariés, nous nous préparions une vie à la Roméo et Juliette – avant qu’elle ne se transforme en combat de tranchées – ce jour là, un homme attendait le retour de l’épouse bienfaisante. Son amant. Le nouveau.

Lire la suite

Publicités

2010 Posted by | Mes Nouvelles | Laisser un commentaire