En Vrac & sans Trac

textes & photos : ©RichardB

Le vrac du jour

En vrac et sans trac, voici quelques petites réflexions personnelles, à lire au premier degré. Ou au douzième, ça, vous voyez avec vous-même. Elles sont souvent issues d’une actualité récente, parfaits exemples d’associations d’idées gratuites en émergences nocturnes. Elles ne se sont que mèches et pas dynamite. D’ailleurs, je ne suis toujours pas d’accord avec moi-même quant à leur qualité intellectuelle, leur caution morale voire leur simple intérêt de parution. M’enfin, faut bien remplir d’encre l’espace libéré par les pensées qui s’envolent sinon le cerveau n’y trouve plus son compte et se désertifie à grande vitesse.

IMG_1211

– ¤  –

La beauté intérieure de la callipyge n’existe… que de face.

IMG_0130J’aime la chouette, ce charmant petit animal en danger d’extinction, avec ses grands yeux adorables, son balancement délicatement chaloupé, sa triste solitude nocturne. Je hais la maudite chouette du bois voisin qui commence à me les briser menu toutes les nuits avec son hululement infernal. Qu’elle le trouve son hibou chou, et vite !

Certaines personnes ont le sommeil agité, ce qui perturbe un peu leur vie.                     Certaines personnes ont le réveil agité, ce qui perturbe beaucoup la vie des autres.

liseurs entiereSous l’oreiller d’un dormeur, on peut trouver : un mouchoir morveux, un préservatif paré à l’emploi, le dernier manga érotique, quelques économies – plus rare, parfois un doudou d’adulte. Voire même un pic à glace ou un 38 Magnum.
Moi, j’ai un petit dictaphone, qui permet aux saccades de mes nuits de noter quelques pensées très profondes comme :  » Sous l’oreiller d’un dormeur, on peut trouver : un mouchoir morveux, un préservatif paré à l’emploi, le dernier … ».

1-téléchargement

Les temps changent. 1968, il est interdit d’interdire !              2013, période d’autorisation d’interdire ? Ou d’interdiction d’autoriser ? Notez la ponctuation prudente, type grand média. Faut pas me faire dire ce que je n’ai pas dit.

En cet intense et si désagréable conflit sur le Mariage pour tous, je ne comprends pas que personne n’y ait pensé. J’ai LA solution : la bigamie. Quoi ! on ne pourrait pas aimer deux personnes et vouloir partager une vie longue et heureuse avec elles ? Certains(es) en aiment bien plusieurs, les uns après les autres ! Et puis les conflits seraient enfin résolus entre les tenants de l’amour libre prôné par les soixante-huittardés et ceux de la position missionaro-procréative ! L’amour serait trois fois plus partagé, telle la volonté du Messie, et la nouvelle communauté ainsi créée, le triouple*, encore plus républicaine puisque un vote serait nécessaire pour trois avis émis.
Les enfants auront papa et maman à gogo et plus besoin de PMA, GPA ou autres pour enfanter. Petit garçon aura un papa pour le sport et un autre pour les devoirs ; petite fille aura une maman cuisine et une autre fashion victim. Maman pourra travailler pendant que maman restera à la maison. Nota : propositions à inverser selon les critères de chacun-chacune et suivant les tendances morales et éducatives… Ouf ! je l’ai échappé belle là !  Problème où achoppe cette lumineuse idée… le nom à attribuer aux enfants. Et le divorce ! qui deviendrait un trivorce* ! Procédure déjà bien compliquée avec un homme et une femme, plus ardue encore avec deux personnes de même sexe ; avec un triouple cela deviendrait un casse-têtes d’école pour notre code civil et les technocrates de Bercy. Pourquoi les Finances ? et bien parce que, au final, tout finit dans la proue du Navire sur Seine. Hétéros, homos, trios, mariés, pacsés, unionistes libres, tous passent à la casserole fiscalisée des asexués de Bercy. Ça n’en deviendra que plus compliqué, mais on aime tant les complications en France. Allez, je vous laisse, mes épouses m’attendent.                             * Nouveaux concepts dont je revendique la création sans certitude d’en être le premier auteur. Les droits d’auteur seront versés directement sur mon compte aux îles Crocodiles, merci.

Agoniser sous les injures, c’est agonir à mort ?

mort de rire !

Avec une longue-vie, voit-on la mort de plus près ?

©RichardB (clic sur photos pour agrandir)

2013 - Posted by | Oh ! moi, ce que j'en dis....

2 commentaires »

  1. C’est bien agréable à lire…………..et puis, j’aimerais bien être « bi-game », des fois!!

    J'aime

    Commentaire par La plume du Cagou | 2013

  2. Perdu Patrick ! bi-game over !

    J'aime

    Commentaire par RichardB | 2013


Postez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s